Contenu

Appel à projet « Conduites addictives et Sécurité routière ».

I- Contexte

La consommation de substances psychoactives est un problème majeur de société. En effet, aux dommages sociaux et sanitaires pour l’usager, s’ajoutent les dommages pour la collectivité, lorsque se produisent des accidents ou des phénomènes de violence.
L’espace routier est un lieu de vie collectif où piétons, cyclistes, conducteurs d’automobiles, se côtoient quotidiennement.
Dans ce contexte, la consommation de substances psychoactives accroît significativement les risques pour la santé et la sécurité de l’usager comme celle d’autrui de part les effets induits (modification de la perception du risque et/ou prise de risque, perte d’attention ou de vigilance …).

Les facteurs comportementaux, dont les conduites addictives, sont la cause de la plupart des accidents de la route. Ainsi, l’alcool pour 23% et les stupéfiants pour 13% seraient à l’origine des accidents mortels provoqués par un jeune conducteur (18-24 ans) sur la période 2013-2015.

II - Descriptif de l’appel à projet

Le projet doit amener les apprenants à :

- réfléchir et débattre sur les interactions entre sécurité routière et conduites addictives ainsi que sur les risques induits. La réflexion menée portera tant sur les différents comportements que sur les moyens de les influencer pour favoriser une mobilité citoyenne, responsable et en sécurité pour tous ;

- concevoir et construire, un outil de prévention, sous forme d’un support numérique, audio ou vidéo d’une durée maximale de 2 minutes.

Une attention particulière sera portée aux projets permettant l’accessibilité de ces outils de prévention aux jeunes en situation de handicap.

III - Mise en œuvre de l’appel à projet et les modalités de participation

Les établissements, souhaitant s’impliquer dans cet appel à projet, doivent transmettre une note synthétique au SRFD avant le 12 octobre 2016.

Un comité national sélectionnera 8 établissements retenus pour cet appel à projet, selon la pertinence des éléments fournis dans la note synthétique et l’avis de l’autorité académique.

Chaque établissement sélectionné recevra une somme forfaitaire de 1000 € pour la mise en oeuvre du projet, en incluant à minima la participation d’un médiateur spécialisé pour les débats.

Cliquez ici pour connaître le détail de l’appel à projets