Contenu

Bilan de l’année agricole

Année 2017

Bilan de l’année agricole 2017 : des embellies fragiles et éphémères
En 2017, les productions céréalières régionales progressent grâce à de meilleurs rendements. Les récoltes mondiales importantes alourdissent des stocks déjà considérables, pesant de facto sur des cours qui peinent à se redresser. L’abondance de l’offre légumière engendre des chutes de prix et des crises conjoncturelles. La fin de campagne 2016-201 7 est laborieuse en pommes mais satisfaisante en poires. Sous l’effet d’une demande assidue, la nouvelle campagne est encourageante. Les gelées de fin avril sur un cycle en avance altèrent les rendements viticoles pour la deuxième année consécutive. Le millésime 2017 est à l’ image de celui de 2016, réduit en volume mais excellent en qualité. Les transactions de fin d’année s’opèrent sur des quantités limitées à des prix revalorisés. La très forte demande mondiale en matières grasses fait exploser les cours du beurre et, par ricochet, se redresser les prix du lait à la production, incitant les éleveurs laitiers à accroître leur volume. Le marché des bovins est contrasté entre celui des bovins femelles, en difficulté, et celui des bovins mâles, très porteur. En porc, l’embellie de 2016 se poursuit début 2017, suivie d’une érosion régulière des prix, générée par une baisse des exportations, fragilisant la trésorerie des éleveurs
porcins. La grippe aviaire impacte encore le secteur avicole. La filière française poules pondeuses, épargnée par la crise du fipronil, profite de la forte demande européenne et de la hausse des prix.

Voir les bilans précédents
2016 : esquisse d’une amélioration conjoncturelle laitière et porcine, rendements en céréales les plus bas depuis dix ans
2015 : crise conjoncturelle en viandes porcine et bovine
2014 : des produits impactés par l’embargo russe
2013 : une année marquée par des conditions climatiques chaotiques
2012 : prix des produits et des intrants en hausse
2011 : la demande des pays tiers soutient la hausse des prix agricoles
2010 : une année favorable aux productions végétales, préjudiciable pour la moitié des éleveurs (bovins viande et porcs)
2009 : une année difficile pour l’agriculture
2008 : recul des cours et augmentation des coûts de production
2006 : des productions à la baisse mais des cours plutôt en hausse
NB : le bilan 2007 n’a pas été réalisé