Contenu

Bilan de l’année agricole

Année 2019

Bilan de l’année agricole : Une année 2019 fructueuse pour les filières porcine et laitière
En 2019, les conditions météorologiques sont favorables aux cultures d’hiver mais pénalisent celles d’été qui souffrent, en prime, de restrictions d’irrigation. Compte tenu d’une production mondiale abondante, et malgré une demande présente, les cours des céréales sont sous pression. En légumes, à l’exception du melon, la hausse sensible des cours estivaux, occasionnée par une offre amoindrie, évite quelques mauvais bilans. En fruits, l’année est satisfaisante en poires, plus difficile en pommes. Le temps n’a pas épargné la vigne, les rendements sont à nouveau en baisse. Les achats et les prix au négoce sont corrects. Les cheptels bovins poursuivent leur érosion, conséquence de la décapitalisation débutée en 2016. Grâce à la bonne productivité des vaches laitières, la collecte est stable avec des prix revalorisés engendrés par une demande mondiale active. Le marché reste lourd pour les éleveurs de bovins finis ; celui du maigre est en demi-teinte. L’année est exceptionnelle pour la filière porcine avec une demande asiatique soutenue et des cours qui s’envolent. Les cours des œufs de consommation maintiennent une certaine fermeté sous l’effet du repli de la production nationale et de l’intérêt de la demande. Les abattages régionaux de volailles de chair reculent pour toutes les espèces pour des raisons structurelles et conjoncturelles.

Voir les bilans précédents
2018 : de meilleurs prix à la production, sauf en viande porcine, mais des coûts de production haussiers
2017 : des embellies fragiles et éphémères
2016 : esquisse d’une amélioration conjoncturelle laitière et porcine, rendements en céréales les plus bas depuis dix ans
2015 : crise conjoncturelle en viandes porcine et bovine
2014 : des produits impactés par l’embargo russe
2013 : une année marquée par des conditions climatiques chaotiques
2012 : prix des produits et des intrants en hausse
2011 : la demande des pays tiers soutient la hausse des prix agricoles
2010 : une année favorable aux productions végétales, préjudiciable pour la moitié des éleveurs (bovins viande et porcs)
2009 : une année difficile pour l’agriculture
2008 : recul des cours et augmentation des coûts de production
2006 : des productions à la baisse mais des cours plutôt en hausse
NB : le bilan 2007 n’a pas été réalisé