Contenu

Changement climatique

Depuis le début de la révolution industrielle, la concentration en gaz carbonique (CO2) dans l’atmosphère ne cesse d’augmenter. Ce gaz, parmi d’autres, est responsable d’un déséquilibre du phénomène naturel de l’effet de serre qui, s’il n’était pas maîtrisé, pourrait élever de quelques degrés les niveaux de température et même provoquer des changements climatiques.

En 1990, le Groupe Intergouvernemental d’Etude sur le Climat (GIEC) a reconnu le lien entre l’accroissement de l’effet de serre et l’activité humaine et la nécessité de stabiliser puis de diminuer leur concentration dans l’atmosphère.

La contribution de la France à l’effet de serre est égale à 2% , pour une population représentant 1% de la population mondiale et son PIB 5% de la richesse mondiale.

L’Union européenne s’est fixé un objectif de réduction à l’échelle européenne d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030 par rapport à 1990.

Le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, lors de la conférence scientifique internationale « Agriculture intelligente face au climat » de mars 2015, a annoncé la mise en place d’un programme de recherche international, le « 4 pour 1000 », dont l’objectif est de développer la recherche agronomique afin d’améliorer les stocks de matière organique des sols de 4 pour 1000 par an.
Une telle augmentation permettrait de compenser l’ensemble des émissions des gaz à effet de serre de la planète. Inversement, une diminution de 4 pour 1000 déboucherait sur un doublement des émissions.

La séquestration du carbone dans les sols agricoles est une des contributions de l’agriculture et de l’ensemble du secteur des terres, dont la forêt, à l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre.