Contenu

Fruits

Voir également

Pays de la Loire : un contexte favorable à la production de pommes de table … et aux bioagresseurs
La pomme de table est la première production fruitière régionale (250 000 à 300 000 tonnes selon les années). La connaissance des pratiques phytosanitaires appliquées aux vergers de pommiers constitue donc un enjeu important, en particulier dans la perspective du plan Ecophyto, composante importante de la démarche « Produisons autrement ». Les vergers des Pays de la Loire bénéficient de conditions de production plutôt favorables (contextes pédo-climatiques, techniques de production, technicité des arboriculteurs...). Les rendements obtenus, aussi bien en pomiculture conventionnelle que biologique, l’attestent. Dans le contexte des Pays de la Loire, la pression des bioagresseurs (maladies et ravageurs) et les objectifs quantitatifs et qualitatifs de la filière concourent à la mise en œuvre d’itinéraires de protection des vergers parmi les plus soutenus à l’échelle nationale. Les arboriculteurs de la région s’engagent de façon significative dans la mise en œuvre de techniques préventives, prophylactiques et de biocontrôle. En pomiculture conventionnelle, plus des deux tiers des enquêtés déclarent être signataires d’une charte de qualité PFI (production fruitière intégrée). Toutes démarches confondues (PFI, agriculture biologique, autres démarches), plus de huit enquêtés sur dix déclarent être engagés.
JPEG
Inventaire Vergers 2013
De 2007 à 2013, l’arboriculture fruitière régionale perd 11 % de sa surface et 3 % de ses exploitations
La régression des surfaces arboricoles fruitières et du nombre d’exploitations productrices se poursuit, aussi bien à l’échelle régionale que nationale. Les principaux vergers rencontrés dans la région, à savoir ceux de pommes de table et de poires, suivent pleinement cette évolution. Seules les surfaces en prunes, en cerises et en noix, très limitées dans la région, affichent une dynamique différente avec des surfaces en progression. Toutes espèces confondues, les vergers régionaux occupent en 2013 près de 5 900 hectares dont 5 350 en pommes de table. Ces surfaces sont mises en valeur par 362 exploitations, majoritairement spécialisées, qui ont opté pour une forme juridique de type sociétaire pour la plupart d’entre elles. Depuis l’enquête précédente, la région confirme sa place à l’échelle nationale, notamment pour les surfaces en pommes de table et en poires. Des évolutions variétales se dessinent. Les organisations de producteurs sont fortement présentes dans la région lors de la commercialisation des pommes, des cerises et des prunes.

Structure des vergers 2007

Le verger ligérien se restructure et perd 15 % de sa surface en 5 ans
Selon l’enquête sur la structure des vergers en 2007, 412 exploitations de Pays de la Loire entretiennent un verger d’au moins 50 ares. Cela représente 1 % du nombre total d’exploitations agricoles de la région. Depuis 2002, le verger s’est restructuré avec une réduction de 15 % de ses surfaces et la perte d’un arboriculteur sur cinq. Plus résistant, l’emploi arboricole total n’enregistre que 3 % de baisse.

Stocks de pommes et de poires

Baisse des volumes stockés de pommes et de poires en raison d’une récolte 2008 modérée
Le volume total des chambres froides de stockage des pommes et des poires diminue de 5% en 2008. Les volumes de pommes stockés régressent de 14% . Ceux de poires chutent de 50%.
Maintien des capacités de stockage. Hausse des volumes de pommes et baisse en poires
Le volume total des chambres froides de stockage des pommes et des poires s’accroît de 2,3 % en 2007 par rapport à 2006. Les volumes stockés de pommes progressent de 13 % tandis que ceux des poires reculent de 15 %.