Contenu

Grandes cultures

A voir également

Bilans de campagne

Les bilans de campagne "grandes cultures" ne sont plus réalisés sous cette forme. Il est néanmoins possible d’en retrouver les éléments trimestriels à la rubrique conjoncture.

2006-2007 Les conditions météorologiques de 2007 ont été aussi chaotiques qu’en 2006. Les chaleurs printanières et les pluies estivales ont pénalisé la plupart des rendements céréaliers. La plupart des récoltes céréalières 2007 se replient. Ces conditions météo ont bénéficié au maïs qui atteint des sommets avec une hausse moyenne des rendements régionaux de près de 23 %, malgré quelques disparités départementales.
2005-2006 Après une année 2005 déjà pénalisée par un été sec, les rendements de 2006 marquent à nouveau le pas pour les céréales à paille. Ils restent toutefois dans la moyenne quinquennale. Le colza est la culture qui subit le plus fortement l’impact de la canicule de juin et juillet 2006. En revanche, les maïs et le tournesol résistent mieux grâce aux pluies de la fin de l’été. Les rendements restent néanmoins bien inférieurs à la moyenne quinquennale. Le bilan montre une inégale répartition des conséquences de la sécheresse de l’été 2006 entre les départements. L’hétérogénéité des rendements se fait plus particulièrement sentir sur le maïs fourrage et les colzas. Des orages providentiels localisés ont limité les dégâts dans certaines zones

Cultures énergétiques

Cultures énergétiques : retournement de tendance spectaculaire en 2008
Avec 15 700 hectares consacrés aux cultures énergétiques en 2008, selon les premières estimations de l’ONIGC, les Pays de la Loire ont enregistré une chute vertigineuse de près de 60 % de leur surface par rapport à la campagne précédente. Ce constat tranche avec la progression observée depuis 2004. La région n’est pas un cas isolé, le phénomène est européen. Le cadre réglementaire trouve ses limites face à la volatilité des cours sur les marchés céréaliers et oléagineux depuis l’été 2007.