Contenu

Initiatives innovantes dans l’agriculture et l’agroalimentaire

Susciter et soutenir des projets d’innovation à un stade amont de leur développement dans les secteurs agricoles et agroalimentaires, c’est l’objectif du dispositif « Initiatives innovantes dans l’agriculture et l’agroalimentaire ».

Cinq entreprises de la région Pays de la Loire bénéficient d’un accompagnement financier de l’État à hauteur de 1 million d’euros.

Le programme d’investissements d’avenir (PIA) dédie l’une de ses actions aux filières agricoles et agroalimentaires en lançant l’action « Projets agricoles et agroalimentaires d’avenir (P3A) » avec un volet compétitif "Initiatives innovantes dans l’agriculture et l’agroalimentaire" (2I2A).

A cet titre, cinq entreprises de la région Pays de la Loire ont été retenues : Vendée Concept pour l’automatisation de lignes de désossage, Bioret Agri (Loire-Atlantique) pour une gamme de produits en caoutchouc pour le bien être des vaches laitières et un couloir drainant de déjections dans les stabulations, WEEDEC (Loire-Atlantique) pour un outil d’aide à la décision de gestion fine des apports azotés sur les cultures de blé, TRIOPLAST (Maine-et-Loire) pour un film biodégradable de paillage agricole fabriqué à partir d’algues , Carré SAS (Vendée) pour un un outil d’aide à la décision permettant d’optimiser l’utilisation de l’eau en maraîchage.

Lancé le 30 avril 2016, l’appel à projets était ouvert à l’ensemble des filières du secteur agricole et agroalimentaire.
Composé de 2 volets :

  • un volet générique dénommé « projets structurants des filières agricoles et agroalimentaires » (PS2A) qui a pour objectif de favoriser le développement et la mise sur le marché d’innovations ou la réalisation d’investissements structurants pour la compétitivité des secteurs agricoles et agroalimentaires,
  • un volet compétitif pour stimuler le processus d’innovation dans ces filières, dénommé « initiatives innovantes dans l’agriculture et l’agroalimentaire » (2I2A).

Il a pour objectifs de favoriser :

  • une meilleure adaptation des produits à la demande des consommateurs ainsi que des différents maillons de la filière ;
  • une nouvelle offre technologique ;
  • une maîtrise sanitaire, une traçabilité, une qualité et une valeur nutritionnelle des aliments améliorées ;
  • la réduction de la pénibilité des tâches et l’amélioration de la santé et de la sécurité au travail ;
  • l’optimisation des coûts et l’amélioration de la compétitivité ;
  • la réduction des pertes matières et une meilleure performance au plan environnemental et énergétique ;
  • la création variétale et la génétique animale, en cohérence avec les orientations du projet agro-écologique ;
  • la maîtrise de la santé animale et l’amélioration du bien-être animal.