Contenu

La Feuille de route Ecophyto 2 des Pays de la Loire

Le plan national Ecophyto 2 a été décliné au niveau des Pays de la Loire sous la forme d’une feuille de route engageant l’ensemble des acteurs régionaux concernés. Elle s’articule autour de 5 grands enjeux et 18 actions.

Ces enjeux et actions sont adossés à un diagnostic régional visant à dresser le bilan des points forts et des points à améliorer des actions mises en oeuvre et à en tirer des perspectives utiles à la définition des actions de la feuille de route.

La région des Pays de la Loire se caractérise par la diversité de ses productions et la renommée de ses cultures spécialisées. Si les cultures fourragères et les céréales et oléo-protéagineux y sont majoritaires (56 % et 40 % de la SAU), les cultures spécialisées (vigne, fruits/légumes, horticulture, plantes aromatiques et médicinales) occupent 57 000 ha.

Sur la base du dernier état réalisé en 2015 à partir des données 2013, 11 % des masses d’eau superficielles de la région sont en bon état et 48 % sont en état moyen. L’objectif fixé dans le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) Loire-Bretagne est de disposer d’au moins 37 % de masses d’eau en bon état à l’horizon 2021. Pour atteindre cet objectif, il est notamment nécessaire de traiter le sujet des produits phytosanitaires, environ 70 % des masses d’eau de la région étant considérées comme ayant un risque pesticides d’après le dernier état des lieux du SDAGE (2013). Concernant les masses d’eau souterraines, 48% sont en bon état avec un objectif à 2021 de 70%, les pollutions diffuses d’origine agricole et en particulier les pesticides étant identifiées parmi les causes de dégradation. Une étude régionale a par ailleurs permis, d’une part, de mettre en évidence la grande vulnérabilité des territoires vis-à-vis des pesticides et, d’autre part, de désigner 68 bassins prioritaires représentant environ 15 % du territoire régional.

Réduire l’usage et limiter l’impact des produits phytosanitaires, notamment via le développement et le transfert des bonnes pratiques au plus grand nombre est par conséquent un enjeu majeur pour notre région.

Les spécificités agricoles de notre région et la part des pesticides dans les pollutions diffuses des masses d’eau doivent conduire à la mise en oeuvre prioritaire d’actions en faveur de l’expérimentation et du transfert de nouvelles pratiques agricoles économes à bas niveau d’intrants, grâce au déploiement du réseau DEPHY et la mobilisation des collectifs d’agriculteurs dans des groupes dits « 30 000 », avec l’objectif d’engager d’ici 5 ans au moins 2 000 des 25 000 agriculteurs ligériens dans des projets collectifs et individuels de réduction des produits phytosanitaires.

Par ailleurs, le déploiement du plan Ecophyto 2 doit concourir à la reconquête de la qualité de l’eau, qu’elle soit superficielle ou souterraine. Comme pour l’eau, la qualité de l’air constitue un enjeu fort dans notre région, en particulier dans les zones de fortes productions végétales spécialisées.

Enfin, au regard de questions de santé de plus en plus prégnantes, la protection des utilisateurs de produits phytosanitaires reste une priorité régionale et de nombreuses actions de sensibilisation et de promotion des bonnes pratiques ont été et seront menées notamment auprès des agriculteurs.

Pour mener à bien ces nouveaux défis, la gouvernance régionale s’adapte également avec notamment la création d’une commission agroécologie dédiée au suivi de la feuille de route Ecophyto, et de façon plus large du projet agroécologique régional, et avec l’instauration d’une coprésidence Etat-Région des principales instances décisionnelles associées.

Cette feuille de route présente tout d’abord le diagnostic réalisé puis un projet de plan d’action, décliné par enjeu, action et levier prioritaire à mettre en oeuvre et a fait l’objet d’une validation officielle en Commission agroécologie (CAE) le 5 février 2018.

=====================
Documents à télécharger :

- Feuille de route Ecophyto 2 des Pays de la Loire
- Communiqué de presse