Bilan de l’année agricole

Année 2020

Bilan de l’année agricole : Turbulences sur les marchés agricoles en 2020
En 2020, la pandémie de la Covid-19 et les mesures instaurées pour la maîtriser, notamment sur la restauration hors domicile, désorganisent les marchés. Les cours des céréales s’améliorent sous l’effet d’une demande très active à l’export et d’une production nationale et régionale affectée par les mauvaises conditions météorologiques. En légumes, les ventes sont fluides avec une préférence pour l’origine française, des disponibilités parfois restreintes et des cours satisfaisants. En poires, l’année reste porteuse. En pommes, les volumes limités soutiennent les prix dans un marché atone. La peine est double pour la filière viticole avec la prolongation des taxes américaines. Les ventes et les prix au négoce reculent. La collecte laitière progresse mais la concurrence et les incertitudes sur l’évolution du marché pèsent sur les prix. La filière bovine est diversement touchée selon la destination entre des exportations difficiles et un marché intérieur en quête de produits français. Les cours du porc sont sous tension dans un marché européen alourdi. Les prix des œufs de consommation déclinent sur fond de production nationale accrue. Le secteur avicole est contrasté : les filières des poulets et des dindes bénéficient d’un report de leurs débouchés vers la grande distribution. Les autres volailles sont à la peine avec la fermeture de la restauration hors domicile et de l’export.

Voir les bilans précédents
2019 : une année 2019 fructueuse pour les filières porcine et laitière
2018 : de meilleurs prix à la production, sauf en viande porcine, mais des coûts de production haussiers
2017 : des embellies fragiles et éphémères
2016 : esquisse d’une amélioration conjoncturelle laitière et porcine, rendements en céréales les plus bas depuis dix ans
2015 : crise conjoncturelle en viandes porcine et bovine
2014 : des produits impactés par l’embargo russe
2013 : une année marquée par des conditions climatiques chaotiques
2012 : prix des produits et des intrants en hausse
2011 : la demande des pays tiers soutient la hausse des prix agricoles
2010 : une année favorable aux productions végétales, préjudiciable pour la moitié des éleveurs (bovins viande et porcs)
2009 : une année difficile pour l’agriculture
2008 : recul des cours et augmentation des coûts de production
2006 : des productions à la baisse mais des cours plutôt en hausse
NB : le bilan 2007 n’a pas été réalisé